Conduire ou mourir, il faut choisir!

En direct live de Shanghai (Chine)

La répression contre l’alcool au volant n’est pas encore la priorité des autorités shanghaiennes…il faudrait d’abord que les shanghaiens savent conduire. Car c’est bien là le problème: avec un parc automobile qui a explosé ces dernières années, changeant radicalement les habitudes sanghaiennes, les nouveaux automobilistes n’ont visiblement pas tous eu le même mode d’emploi. Shanghai avec une population de 20 millions d’habitants a le même nombre de mort sur la route que la France ! Alors l’état des routes et des véhicules est certes à prendre en compte mais quand même… D’ailleurs à peine 20 min que j’étais en Chine j’ai vu de mon bus un accrochage, ou encore un peu plus loin, surement un employé de la voirie qui au beau milieu d’une route à 3 voies très fréquentée ramassait avec sa petite pelle de la terre (à priori tombée d’un camion) sur la voie du milieu sans aucun panneau…je l’ai frolé avec le bus !

Finalement ce sont les piétons les plus visés. La traversée de la rue est un sport que je commence à maitriser: toujours regarder de gauche à droite même en traversant, préparer sa main à un angle de 90° pour prévenir toute collision (uniquement valable pour un face à face avec un scooter, le bus ne vous laissant aucune chance), ne pas hésiter à utiliser son jeu de jambe pour activer la traversée, remercier Buddha à chaque traversée réussie. Perso j’ai déjà fait la rencontre de 2 scooters et d’une voiture. Charmant 🙂 La mairie emploie en permanence des « coachs » de traversée de rue, à de nombreux croisements, qui vous sifflent aux oreilles pour vous donner le « go » et qui arrêtent physiquement (!) les scooters ou vélos qui essayent de passer quand même. Un vrai travail d’éducation finalement. Pour l’instant c’est pas gagné…


Un coach de traversée de rue de Shanghai Merci à Céline pour la photo

Related posts

Leave a Comment