Ce n’était qu’un au revoir…

Il a fallu attendre 7 ans pour remettre les pieds dans un pays qui m’avait fasciné lors de ma remontée (en bus, en jeep, en vélo mais jamais en bateau…) du Mékong, le Cambodge. Il y a des endroits sur terre où vous vous sentez bien, à votre place. Vous ne savez pas trop pourquoi, ni comment, mais vous êtes bien. Les terres du Cambodge c’est un peu ça pour moi. Ce voyage m’avait tellement marqué que pour ne pas « l’oublier », j’avais décidé de me faire un blog, ce blog.

Il fallait un détonateur pour faire parler la poudre d’escampette et parcourir les quelques 13 000 kms qui séparent Paris de Phnom Penh. Et ce détonateur c’est ce couple mythique, dont on parle encore la larme à l’oeil, en Iran, en Inde ou encore en Turquie, je veux parler évidemment de Van & Ro. Et ce couple ne tient pas une chronique dans Voyage-Insolite.com juste parce qu’ils ont du temps et qu’ils ont décidé de se balader dans le monde entier. Et qu’ils sont sympas. Non : les 2 loustiques ont décidé de se faire Poitiers-Sydney en moto. Tout simplement. Quand on sait qu’il y a longtemps je discutais avec  Romain ( le « Ro » de Van & Ro) de mon rêve de faire un voyage en Asie en moto, il paraissait évident de faire un bout de route ensemble au Cambodge. Encore fallait il qu’ils m’acceptent à leurs côtés. Sans eux je n’aurais pas fait ce voyage inoubliable. Et sans moi, ils se seraient peut-être moins marré au Cambodge (vous comprendrez un peu plus tard)… Ze koople :

Mais avant la moto, c’était l’avion. Pour l’occasion j’ai tenté une nouvelle compagnie (choisie pour son prix évidemment) de mémoire environ 700€ A/R, la lowcost de Korean Airlines, Asiana. Et je dois vous dire que j’ai été très agréablement surpris par la qualité du service à bord. Départ donc Paris fin février à 0°c, escale à Séoul et arrivée à Phnom Penh à +28°C du genre humide. Un bain de chaleur et de bonheur, car j’avais chaud certes mais surtout j’étais super heureux de retrouver ce petit aéroport, ces touks-touks, j’étais de retour ! Non pas de retour du futur, mais de retour au Cambodge. Depuis le temps que le peuple cambodgien attendait ça. Ou pas, puisqu’à l’arrivée ni de pétales de roses, ni chants traditionnels. Direction le taxi. D’ailleurs honte sur moi : je n’ai pas osé prendre le touk-touk (qui attendent à l’extérieur de l’enceinte de l’aéroport). Deux fois mois chers, même si on perd peut-être 15 min par rapport à une taxi voiture, pour moi y a pas photo, c’est touk-touk pour quelques dollars.

30 minutes plus tard, j’étais au point de rendez-vous fixé avec mes deux aventuriers : la Keo Mean guesthouse, juste à côté du marché central. Il était 23h, j’étais un peu fatigué (heureux mais fatigué), le tenancier de la guesthouse m’accueille. Je lui explique que mes 2 amis sont déjà arrivés et qu’ils ont du réserver une chambre pour moi. Et vous savez quoi ? Pas de trace sur son registre, ni de mon nom, ni du leur. Je me disais : « Ca serait drôle que j’ai à chercher une chambre à 23h. » Heureusement la blague n’a pas duré : après 5 bonnes minutes de vérifications, de revérifications, de mines déconfites, le tenancier s’est aperçu qu’il regardait la version 2012 de son calendrier. La bonne blague.

Installation, douche, retrouvailles avec les 2 beaux gosses des steppes d’Asie centrale, petit brief, bière, dodo.

 

A propos de Jef
Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l’apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Flickr YouTube 

Related posts

Leave a Comment