De Jérusalem à Bethléem

Quel meilleur jour qu’un 25 décembre pour vous parler de ma découverte de Bethléem, enfin plus précisément de la Basilique de la Nativité fondée au IVème siècle. Enfin je vais aussi vous raconter comment je me suis retrouvé là-bas alors qu’on avait pas prévu de sortir de Jérusalem.

Jérusalem, la ville qui est dans l’actualité en permanence depuis 2000 ans, est une ville incroyable à découvrir. J’ai eu la chance d’y poser mon sac à dos il y a quelques années. Nous avions coché par mal de visites indispensables dont le mémorial Yad Vashem. Lieu de mémoire et d’émotion, Yad Vashem est incontournable dans ce pays, Israël, né de cette horreur de la Shoah. Un devoir de mémoire aussi pour ne surtout pas oublier ce que l’homme est capable de faire.

De Yad Vashem à Bethléem

Nous avions fini un peu plus tôt que prévu la visite de Yad Vashem. Du coup on se retrouvait là sur l’esplanade à réfléchir à notre prochaine découverte. Puis un chauffeur de taxi nous interpelle. Il nous propose de nous emmener à Bethléem. Et oui, vieux souvenirs du catéchisme et des messes, Bethléem est pour les chrétiens le lieu de la naissance du Christ. Oui, le 25 décembre, la crèche, la paille, le boeuf et l’âne, les rois mages… c’est là-bas.

L’occasion était belle de découvrir un lieu chargé d’histoire et de symbolisme. Nous montons dans le taxi.

L’anglais était approximatif mais le prix nous allait et le principal était compris : aller retour à Bethléem pour visite. Mais, honte à nous, nous n’avions pas bien bossé notre géopolitique. Après une dizaine de minutes de route nous arrivons à un checkpoint. Là je dis checkpoint parce que je sais que c’est juste un checkpoint. Mais quand on arrive dessus et qu’on ne sait pas trop ce qu’il se passe, la ganberge commence.

Car un checkpoint en Israël, ça ressemble un peu au rideau de fer à Berlin à l’époque : blindés, militaires mitraillettes à la main… le taxi nous dit qu’il faut plaquer nos passeports aux vitres. On s’exécute mais on comprends une chose à ce moment-là : nous passons en territoire palestinien. Car oui Bethléem est en Cisjordanie. Mais ça on l’avait pas bossé avant.

Même si la Cisjordanie n’est pas du tout interdite, qu’on peut y faire du tourisme, j’avoue, j’était pas rassuré au top.

Nous nous arrêtons devant une boutique de souvenirs qui ne ressemble pas tout à fait à une basilique du IVème siècle. Le taxi nous demande de descendre car il faut qu’on change de taxi. Bon là perso je commence déjà à imaginer mon portrait passant à la télé avec la mention : 1256ème jour d’otage pour JF et Sylvain. Non mais qu’est ce qu’on fout là bordel ?

La boutique. J’ai beau regardé absolument rien d’authentique. Et puis j’aime pas trop qu’on me force la main. 15 longues minutes à faire semblant de s’intéresser aux babioles en espérant qu’on arrive bien un jour à la Basilique de la Nativité. Finalement notre nouveau taxi nous embarque et nous amène bien sur l’esplanade devant cette fameuse basilique. Nous y sommes. Je m’étais encore fait mon petit film.

Face à l’histoire

Ce qui frappe en premier c’est l’austérité de la façade. Oui plutôt du genre mastoc, pas de fenêtre, pas de portail. Pas étonnant : elle a été fortifié par les Croisés pendant le Royaume de Jérusalem histoire de tenter résister à un environnement du genre hostile.

basilique nativité bethleem

Par contre, dès qu’on a passé la porte, le poids du symbolisme écrase l’ambiance. On prend conscience qu’on est certainement dans l’église la plus vieille au monde (la 1ère basilique ici est érigée en 327) , que des millions de chrétiens estiment ce lieu comme l’un des plus sacrés de la religion chrétienne. Bref chaque pas dans cette basilique compte.

A l’intérieur, c’est 3 salles, 3 ambiances. En effet avec une maternité comme celle-ci difficile de faire simple : l’église orthodoxe, l’église arménienne et l’église catholique co-administrent les lieux, chacun ayant sa petite partie. Avec sa petite déco perso. Une belle colloc’ de 3 religions cousines. 

Mais le coeur du coeur, le saint du saint si j’ose dire c’est la grotte de la nativité. C’est ici que le Christ serait donc né. On a un même un trou pour toucher la roche originelle. Je ne vous cache pas que je n’ai pas été spécialement touché par cet endroit qui me rappelle plus l’adoration des reliques que la recherche spirituelle. Surtout quand on sait que le Christ n’est certainement pas né là (quoi on nous aurait mentiiiiiiiiiiiii ?) mais que Bethléem a été choisi pour son passé religieux juif et la lignée qu’on pouvait donné à Jésus Christ en le faisant naître là.

Mais la visite était belle et surtout à ne pas manquer quand on s’intéresse un peu l’histoire et à la religion catholique. 

Notre fameux taxi était là pour nous ramener en terre promise. Sur le chemin on nous ramène vite au XXIème siècle : le mur qui sépare la Cisjordannie d’Israël et ce qu’on devine être une colonie au loin nous rappellent qu’ici, c’est toujours aussi compliqué entre les hommes.

D’autres aventures nous attendaient à Jérusalem, faudrait que je vous raconte…

En attendant bonnes fêtes chez vous !

A propos de Jef
Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l’apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Flickr YouTube 

Related posts

Leave a Comment