Cahors : pont du diable et cathédrale coquine !

Après une petite aprèm à se sécher pour mon équipage et naviguer sous quelques gros nuages parfois arrosés pour moi, nous avions rendez-vous avec le diable. En tout cas avec son pont : le pont de Valentré à Cahors. Nous avons pu accoster pour la nuit au pied de ce superbe pont, et il faut bien le dire, aucun hôtel ne pourrait nous offrir de telles chambres avec une telle vue.

Pour en imposer, il en impose le pont de Valentré sur le Lot et on peut se douter que le diable a dû donner un petit coup de main. En tout cas c’est la légende : on raconte que l’architecte ne pouvant venir à bout de son oeuvre, eut recours à Satan et fit un pacte avec lui. Satan s’engageait à l’aider par tous les moyens et à lui obéir ponctuellement, quelque ordre qu’il put recevoir. Le travail fini, l’âme de l’architecte en devait être le prix. Mais si le démon, pour une cause quelconque, refusait de continuer son assistance jusqu’au bout, il perdrait tous ses droits sur le prix en question ; la besogne marcha vite avec un tel manoeuvre.

Quand le pont fut presque fini : – ça se dit en lui-même l’architecte, voici le moment de songer à notre âme, afin que nous n’ayons pas fait un sot marché. Et il porta un crible à son formidable associé : – Ami, lui dit-il, je t’ai trouvé docile jusqu’ici, et tu sais que tu dois l’être jusqu’au bout ; prends ce crible, laisse-le tel qu’il est et l’emploie à puiser de l’eau que tu porteras aux maçons pour délayer la chaux. Le diable se mordit les lèvres de dépit ; il tenta pourtant l’expérience, elle échoua vingt fois. Jamais crible n’a gardé l’eau. Confus, le diable vint avouer sa défaite, mais jura de se venger. A quelque temps de là en effet, lorsque les maçons eurent presque achevé de construire la tour du milieu, ils en trouvèrent l’angle supérieur nord-ouest abattu et il leur fut impossible d’achever cette tour.

Il devait être content en au XIVème (la construction a commencé en 1308) quand ils ont vu la tour s’effondrer. Le diable avait bon dos… Ici ou là on retrouve quelques indices :

Le pont du diable passé, nous nous enfonçons dans cette belle petite ville de Cahors, quasiment entourée par le Lot jugé plutôt sur cette photo :

La ville est vraiment à taille humaine et on se retrouve après une 20aine de minute dans le centre de la ville et ses petites ruelles. Ville un peu déserte : ni touristes, ni trop d’habitant pour un samedi soir… La bâtiment à ne pas louper dans la vieille ville est la superbe cathédrale St Etienne. Construit au XIème, c’est du pure style roman, façon même un peu château fort bien austère, vu que les évêques étaient aussi comtes de Cahors. 2 portails (construits à des périodes différentes), celui que je préfère reste le portail nord, le plus énigmatique :

Il se fout de ma gueule on est d’accord ? (ok j’étais pas bien coiffé ce jour là…)

Outre les gargouilles particulièrement travaillées, vous remarquerez la frise juste en dessous, rarement sculptée avec autant de détails. Et c’est là où l’énigmatique le dispute au pragmatisme : selon moi, l‘un des personnages brandit un bâton pour l’enfoncer dans le postérieur du personnage de devant. Certains d’entre vous y verront tout mon vice quand d’autres m’accompagnerons dans une enquête à la Fox Mulder pour découvrir si nous avions à faire à un sculpteur totalement obsédé ou à une touche du diable qui en avait marre de martyriser le pont de Valentré et qui avait envie de se marrer avec la cathédrale. Guillaume ferait plutôt partie de la première catégorie : pour lui une vulgaire scène de bataille à base de coup d’épée dans le dos. Débat ouvert, j’attends vos com. 

Bien beau de rester bouche bée devant le portail, mais l’intérieur de la cathédrale nous attendait ! Et on n’est pas déçu : fresques conservées, les coupoles (l’une des premières construction aussi grande à coupoles) magnifiquement décorées, cloître… ça sent le palais, le pouvoir, le grandiose.

Un dernier coup d’oeil à la cathédrale…

… et direction un petit resto pour festoyer (ambiance moyen-âge pour le coup). En fait on a compris où étaient habitants et touristes, dans ce resto sur 2 étages : le Lamparo ! Ambiance un peu brasserie donc avec une cuisine pas forcément typique mais c’était bien sympa. Mais l’évènement principal de cette soirée c’est bien évidemment l’arrivée de nos 4ème moussaillon : Wonder Lucie !

Une soirée de fête donc à travers les rues pavées de Cahors… retour sur le pont de Valentré pour retrouver notre bateau…

… dodo !

 

A propos de Jef
Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l’apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Flickr YouTube 

Termes de recherches :

  • Cahors

Related posts

2 thoughts on “Cahors : pont du diable et cathédrale coquine !”

  1. Jean-Claude Buttin

    Magnifique

  2. Jef

    yes une très belle ville !

Leave a Comment