Boucler la boucle

Avec Cahors derrière nous, nous nous enfoncions un peu plus dans le département du Lot, un peu plus en « terre inconnue », genre le plus profond de la France. Attention mode Jean-Pierre Pernault ON. Et ben je vais vous dire le plus profond de la France, c’est bien. Même si le temps n’était pas de la partie, la navigation sur un Lot dont les berges annonçaient l’entrée dans le parc du Quercy était une superbe bouffé d’oxygène pour les petits parisiens que nous sommes. Lucie, en mode défile haute couture roumaine, fait ses premiers pas sur les écluses :

L’étape du soir : Laroque des Arcs. Un quai pour s’amarrer, 8 maisons et demie, un coiffeur, une chapelle dédiée à St Roch perchée tout en haut, une église, et voilà.

Un petit village sans grande animation certes, mais comme tout point reculé du monde, 2 énigmes s’imposaient rapidement à moi lors de la balade exploratrice : la première une borne de route un peu spéciale.

Je veux bien que le tourisme soit à développer dans la région mais de là à rappeler à combien de kilomètres se trouve New York… non je n’y étais pas. Après une petite enquête googlienne j’ai trouvé la réponse : c’est l’héritage d’un mouvement mondialiste, Citoyen du monde, lancé juste après la 2ème guerre mondiale, dont l’un des foyer fut… Cahors. Cahors et plus de 200 villes du Lot, dont manifestement Laroque sur Arcs. Je dois vous avouer que l’influence de ce mouvement m’échappe. Au moins je sais que 5503 km me séparent de New York à ce moment là. Pourquoi pas.

La deuxième : une Lada templier. Alors une Lada, c’est déjà rare mais une voiture de fonction templière, ça j’avoue, je m’y attendais pas.

Mais le soir tombe vite en ce mois d’avril frisquet sur le Lot. L’occasion pour nous de se faire une petite soirée sur le bateau : ici le Capitaine Haddock et Punky Brewster. Une sacrée soirée.

Laroque sur Arcs était en fait notre point de non retour : nous continuons à suivre le fleuve ? il aurait fallu rentrer dans la clandestinité, ne jamais rendre le bateau, changer d’identité, se raser la barbe rousse pour certain, dire adieu au Brésil pour d’autres, oublier une carrière d’actrice pour une autre et pour ma part tenir mes blogs de petits internet cafés perdus dans le Quercy. Non, il était plus raisonnable de faire demi-tour pour consacrer notre jours et demi de navigation à retourner au port d’attache du petit Flash Gordon.

Demie tour toute et c’est tout notre périple allé qui défilent devant nos yeyx : Vers, Cahors, le pont de Valentré… 

 la famille repas canard au grand complet

un repris de justice

ça Lucie, pour faire la maline, elle est pas la dernière

Jonhatan et Jennifer

chasse à la Anne M

2 punks sur une écluse

le même punk qui se fait les ongles

le punk, l’écluse automatique de Cahors et les décorations locales

Mais toutes ces émotions nous amenèrent à notre avant dernière étape, notre dernier port d’attache avant la fin, tout près de Luzech, Douelle. Douelle c’est tout mimi mais y a rien enfin si y a l’auberge du vieux Douelle. Mais comme on est des guedins, on voulait changer. Et c’est là qu’on a décidé de sortir notre joker : les vélos. Objectif : retrouver Caillac, notre étape culinaire, bonne pioche de l’allé. 5, 6 bornes à travers le vignoble de Cahors. Bucolique. Evidemment dans une région valonnée, le vélo c’est pas toujours fastoche. Mais au bout l’apéro. Oui mais pas là où on pensait, notre resto étant fermé le dimanche. Fail. Mais on n’est pas du genre à se laisser abattre, la preuve :

une belle saucisse grillée sous nos yeux avec petit vin de pays dans les verres. L’apéro quoi.

Mais entre bons amis, le temps passe vite, et décision était prise finalement de retourner à cette bonne vieille auberge du vieux Douelle pour festoyer une dernière fois sur notre croisière. Et là Wonder Lucie s’est transformée en Angry Lucie. Le vélo c’est bien mignon, mais là ça fait chier. Groupe scindé en deux, rendez-vous à l’auberge. Une douce soirée s’en suit. Un dernier bisous de rock star pour faire de beaux rêves. C’est notre dernière nuit à bord du Flash Gordon.

Un grand merci aux Canalous pour nous avoir prêter durant ces 4 jours ce bon vieux Flash Gordon qui nous a donné entière satisfaction (sauf toujours une toilette qui se bouche, heureusement y en a deux, le problème récurrent de ces bateaux). Je vous prépare une petite vidéo récap sous peu !

Mais nos aventures dans le Lot continuent… à suivre.

A propos de Jef
Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l’apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Flickr YouTube 

Related posts

Leave a Comment