Voyage moto au Cambodge : étape no 1, choisir la moto !

Ajoutez un peu de voyage à vos réseaux sociaux !

Retour à mon voyage au Cambodge. Oui c’est vrai je mets 15 siècles à compter un voyage qui s’est terminé il y a un an pile. Mais bon j’ai envie de prendre mon temps, de bien ressentir l’envie d’en parler, enfin de l’écrire. Je vous avais laissé à Phnom Penh, mon point de chute pour la rencontre avec Van & Ro, en plein tour du monde en moto. Les choses sérieuses allaient commencer : il fallait choisir ma moto pour partir avec eux sur les routes cambodgiennes.

Même si c’est très classique et qu’il y a pas mal de loueurs de moto à Phnom Penh, ça restait pour moi une sacré prise de risque et un vrai pas dans l’inconnu. Le Cambodge n’a pas vraiment les structures administratives les plus robustes qui soient, notamment question assurance ou encore fiabilité des loueurs. On a vite fait de se faire avoir. Alors louer une moto pour partir 6 jours à l’aventure, ça me faisait un peu claqué du beignet.

Le choix de la moto

Pour moi c’était clair, je voulais un trail. D’une part c’est la moto la plus adaptée et la plus louée mais surtout j’adore ce type de moto : à l’aise sur la route, au top sur des chemins de terre, c’est celle aussi que j’ai à Paris dans sa version citadine. Pour la puissance, j’avais hâte de me lancer sur 250 cm3 moi qui suis habitué à mon petit (mais nerveux hein) 125 cm3 parisien. Bref un trail 2.5 donc.

La rue Pasteur

rue_pasteur_phnom_penh

Après avoir fureté sur le web, lu et relu mon Lonely, je savais que la rue Pasteur était un bon endroit pour trouver ma moto. Ca tombe plutôt bien, ma guesthouse était dans cette rue. Après 2,3 passages, j’avais deux loueurs en short list. Mes critères ? Le nombre de motos devant, leur aspect, la tête de l’atelier etc…

On va peut-être évité celui-là…

loueur_moto_phnom_penh3

Plutôt celle-là, la Greanse Monkeys, petit atelier bien achalandé :

loueur_moto_phnom_penh

Equipe familiale, les motos ont l’air bien préparé, notamment une rutilante, ça me semble pas mal. Mais tout de même, allons jeter un oeil à la « grosse » team de la rue Pasteur, celle conseillée par le Lonely, Angkor Motorcycles un peu plus bas dans la rue.

Ouais là je suis en mode : « ouais, elle a bon guidon, je sens qu’elle me parle là ».

loueur_moto_phnom_penh2

moto_trail_phnom_penh

Les deux écuries me semblaient valables mais prime à la petite team familiale, Grease Monkeys. Les conditions de location restent un peu digne du far west : il faut laisser son passeport (sympa si sur les 600 bornes que je dois faire j’ai un petit contrôle), pas d’assurance possible, et puis mieux vaut ne pas tomber en panne. Bref, il fallait se lancer, je me lance, je rentre à la maison avec ma dulcinée, une charmante Suzuki Djebel 250 cm3. Pas belle ma nouvelle conquête ?

Cambodge2-064

On était fin prêt, départ le lendemain matin pour le sud du Cambodge, Kampot. Et déjà de belles surprises nous attendaient…

Pour résumer les deux loueurs que j’avais visé :
Angkor Motorcycles 
51, rue Pasteur (street 51)
Site internet : www.angkormotorcycles.com

Grease Monkeys
62, rue Pasteur (street 51)


Ajoutez un peu de voyage à vos réseaux sociaux !

Related Images

5 thoughts on “Voyage moto au Cambodge : étape no 1, choisir la moto !”

  1. Julhes

    Salut je conduis des motos depuis longtemps sont une 600 gazer depuis 3 ans. Tu dis avoir fait le périple avec deux cambodgiens mais l’aurais tu fait seul. J’ai envie de Partir de Phnom Penh à Siem Reap est ce de l’inconscience ou faisable ?

    1. Jef

      Hello,
      En fait j’ai fait l’allé avec un couple d’amis français. Et j’ai fait le retour Siem Reap – Phnom Penh seul sans aucun problèmes. Donc oui go, c’est quasi tout droit, l’essence est facilement trouvable, des étapes sur la route. Aucun problème.

      1. Julhes

        salut
        je confirme que c’est assez easy. j’ai loué chez Angkormotorbikes. je n’avais pas Mon permis français mais ils n’en veulent pas de toute façon. ils donnent un casque, une bougie, un câble, et de quoi changer les suspensions avant et arrieres. le casque était sans visière mez lunettes de soleil m’ont bien servi car il y a un passage très difficile dans la région de khun … pendant 30 kms peut etre plus, ce n’est plus de l’asphalte mais une route en terre ocre… derrière les camions la poussière empêche d’être serein … on y voit pas à 20 m voire 10… donc chaud mais éditant. D’autant que comme je m’suis pris au dernier moment je n’avais pas de protections (coudes, épaules dorsales)… juste mon sac de 20kg mon appareil photo et les lunettes (j’ai qd même achète des gants sur place)… puis Gooooo!!! sortir de Phnom Penh une formalité ensuite de super paysages et de magnifiques sourires tout au long de la route…. A FAIRE…au oui j’oublié. .. je n’ai fait que l’allé Phnom Penh -Siem Réal et donc laissé mon passeport a l’agence de location qui a envoyé un mec sur Siem Reap me le rendre et checker la moto… risqué sans doute mais tout à marché comme sur des roulettes. IL NE FAUT CELA DIT PAS AVOIR DE PANNES NI D’ACCIDENTS… Take care and enjoy

  2. Nico

    Est-il nécessaire d’avoir un permis moto pour en louer une au Cambodge ?

    1. Jef

      Nope 🙂 J’ai loué un 500 avec mon permis voiture. Enfin ils ne m’ont rien demandé en fait. Et les autorités sur place ne m’ont jamais embêté. Je n’ai jamais été contrôlé non plus.

Leave a Comment