Ma semaine à Roland

J’ai passé  la semaine dernière à Roland Garros (en fait y a 15 jours). J’aime bien cette phrase. Evidemment je n’ai vu que 4 matchs sur les dizaines proposés lors de la deuxième semaine. Mais voilà c’est un peu la formule parisienne consacrée : j’ai passé la semaine à Roland.

Roland Garros c’est un voyage sur la petite planète du tennis français. Bien sûr les stars du circuit Federer, Djokovic, Nadal sont admirées, mais les big stars c’est les Gasquet, Tsonga, Mathieu ou encore Monfils (blessé cette année). Roland Garros c’est d’abord un as des as, un aviateur français originaire de la Réunion mort en 14-18 pendant un combat. Mais ça, tout le monde s’en fout un peu. En tout cas pas moi. Bref Roland Garros c’est un ensemble de courts de tennis en terre battue, du côté de la porte d’Autueil à Paris. Le stade est construit en 1928 pour accueillir la coupe Davis. Ils en profitent à partir de cette date là pour organiser les Internationaux de France (crée en 1891). Pas con. Car oui, « Roland Garros » pour la plupart des gens c’est « le tournoi de Roland Garros », un tournoi international du grand chelem, un club de tournoi ultra select puisqu’ils sont seulement 4 : l’Open d’Australie, Wimbledon (Angleterre), l’US Open et donc Roland. Du lourd.

Bref Roland, au moment du tournoi, c’est ze place to be à Paris. Tu croises des stars (puisqu’ils n’ont pas de passages cachés ou autre), tu croises des jolis nanas, les médias du monde entier sont là, belles voitures, soirées sélect, business toussa toussa… et moi. Après m’être fait copieusement insulté par mes amis : « quoi t’as un pass pour la semaine !? ‘ foiré », « ah bah ça va le e-commerce c’est pas trop dur », j’ai pu jouir de mon joli pass, généreusement accordé par mon cousin toute la semaine. Enfin toute la semaine … j’ai été contraint de choisir un peu : en fait sur place tu peux y passer la journée facile. Tournoi double, tournoi féminin, animations… pas de quoi s’embêter. J’avais décider de cibler.

le court n°1

au fond à gauche c’est la tour Eiffel !

Je commence le lundi par Klara Zakopalova – Maria Sharapova. Un peu paumé au début dans toute cette foule et les milliards d’entrée, je finis par trouver ma place. Je fais connaissance avec les us et coutumes de Roland : pour rentrer dans les tribunes il faut évidemment attendre que les joueurs changent de côté. Ce qui est ballot, c’est d’arriver à 15-0 à 1-0. Vous avez deux jeux à attendre avant que les stewarts vous ouvrent l’accès. Et 2 jeux ça peut être long. Je reviens donc à Klara et Maria. Match à sens unique, même si la petite Klara y mettait pas mal d’ardeur et un certain charme. Faut dire, elle avait en face d’elle, la futur gagnante du tournoi femme 2012…

Et puis LE match de ce jour là : Gasquet-Murray. De gros espoirs pour Gasquet qui avait passé son tour précédent avec brio. Un central acquis à la cause du français évidemment. Le premier set est de folie : tout réussi au français et on se demande même si le match va pas être trop court. Et bien non… petit à petit l’anglais reprend son jeu et fait un peu déjouer le natif de Béziers. Et puis l’anglais, perfide Albion dit on, va nous la jouer à l’intox ou à l’anglaise comme vous voulez : aux points chauds gagnés par Gasquet, il va se tenir le dos grimaçant de douleur, aux points chauds qu’il gagne il sert les points de rage. Bref ce qui fait dire à Gasquet pendant le match alors que Murray venait de gagner un point : « il est pas blessé là hein ?! ». Bref exit Richard. 

Le lendemain 1/8ème de finale pour un français : le n°5 mondial vs le n°1, Tsonga vs Djokovic ! Un sacré match sur le papier… et il a tenu toute ses promesses. Et là c’est un peu l’inverse du match de la veille : Tsonga se fait littéralement défoncé par Djoko dans le 1er set. On commence à envoyer quelques textos pour l’apéro, que finalement on aura surement le temps de prendre. A ce moment là, le Central c’est un peu comme twitter : dans les moments de silence, nombreux sont ceux qui tentent une petite vanne (vaseuse 99% du temps) pour faire rire tout le monde. La plus populaire de cet aprem là : « Jo prends un kinder ! ». Vaseux je vous disais. Et pi le petit Jo se réveille : paf deux set face au numéro 1. On arrive au 4ème set, tie breack. Et là le grand Jo s’offre 4 balles de matchs face au boss du circuit. L’exploit est au bout de la raquette. Et il restera dans la raquette. Exit Jo, qui à la fin du match, quasiment en sanglot, s’excuse auprès du public du central pour ne pas avoir été assez bon ce soir là. Touchant.

Malgré la déception je n’allais pas louper un autre match : l’ex no 1, Roger Federer vs le nouveau Djokovic. Central plein à craqué, grand soleil, le match peut commencer :

Alors le jeu était très propre, peu de fautes mais très franchement, les jeux s’enchaînaient sans trop de passion. Quelques points de grande classe c’est vrai mais voilà, je voyais s’éteindre, tout doucement, petit à petit, sous mes yeux la légende Roger. Un peu triste même.

D’ailleurs j’ai même pas pu voir la fin (qui était inéluctable) : figurez vous que ce soir là j’avais un match… à jouer en tournoi (de tennis hein). Et j’ai fait une Tsonga : j’ai eu 3 balles de match et j’ai du abandonner sur blessure. Pas belle la vie ? Bref c’était ma semaine à Roland.

A propos de Jef
Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l’apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

Facebook Twitter LinkedIn Google+ Flickr YouTube 

Termes de recherches :

  • voyage organisé roland garos

Related posts

2 thoughts on “Ma semaine à Roland”

  1. T’es une vraie star !!! Quelle chance, je n’y suis jamais allée ^^
    Par contre maintenant que t’es blessé, on peut peut-être taper la balle ensemble, qu’est-ce t’en penses ?
    Alors, joueur ?!?
    Bises ++

  2. Jef

    Je pense que je gagnerais le match même en fauteuil roulant. When ever you want

Leave a Comment