Le temple de Tanah Lot à Bali : face à la mer et aux touristes

Mon voyage en Indonésie tire à sa fin. Il s’achève en feu d’artifice avec le superbe temple sur la mer à Bali, Tanah Lot. Pour cette dernière journée sur l’île de Bali, nous avons rendez-vous avec peut-être le plus beau temple balinais, et le plus important, l’un des 7 temples sur la mer qui protège Bali dans la mythologie balinaise, le temple de Tanah Lot donc (Pura Tanah Lot), 

Entre terre (Tanahet mer (Lot), Tanah Lot, c’est un face à face mythique entre deux entités légendaires, qui habitent tout Bali : les dieux et… les touristes. Ces derniers sont bien plus visibles, bruyant et franchement moins intéressants que les dieux qui ont préféré laisser parler leur oeuvre : la nature et ce temple perché. Ici on vient voir. Voir de ses yeux la magie de Bali, qui est parfois mise à mal par cette marée de touristes.

tanah lot bali

Le Tanah Lot c’est la carte postale que vous imaginez tous recevoir un jour de Bali. La mer, les vagues, le temple, le ciel bleu. Je te propose un petit voyage dans la carte postale, le temps d’un article, le temps d’une balade indonésienne au Tanah Lot.

tanah lot bali

Les marchands du temple

Pas moyen d’échapper à la machine touristique à Bali, en particulier à Tanah Lot. Pour atteindre le temple, il vous faut passer une ceinture de petits commerçants. Souvenirs, fruits, etc.

tanah lot bali tanah lot bali

Remarque l’occasion pour moi de découvrir le salak, le fruit du serpent, typiquement indonésien. Acide et sucré en même temps (un résumé de la vie quoi).

tanah lot bali

Mais nous ne sommes pas là pour parcourir le rayon fruits et légumes. Le portail passé, nous rentrons enfin dans le sacré, la carte postale. Enfin le temple.

tanah lot bali tanah lot bali

Joyaux balinais très convoité

Mais si on échappe aux foules commerçantes, c’est pour mieux se mêler aux hordes de touristes (chinois notamment) qui envahissent littéralement le lieu. Evidemment c’est tout le dilemme de ces lieux magiques : on rêverait de les avoir rien que pour nous. A la limite pour les potes aussi. Mais pas pour ces milliers de casquettes, qui phagocytent le paysage. Littéralement. Les haut-parleurs des guides (chinois) ajoutent un peu plus à la pollution de la masse. L’armée des yeux de Tanah Lot règne sans partage. Et comme par un étrange maléfice, je fais partie de cette armée.

Du coup, il faut chercher un peu au fond de soi-même la magie du lieu. Arriver à se concentrer, à concentrer son regard, ses oreilles, comme d’un coup de baguette magique de photoshop effacer ses confrères touristes. Fermer les yeux, écouter la mer, rouvrir les yeux. 

Mais la magie peut opérer quand même. Face à la mer, à flan de falaise, le Tanah Lot s’impose. Il s’impose sur ce petit rocher depuis que Nirartha, ce prêtre hindouiste, décide au XVIème siècle d’installer un sanctuaire dédié au dieu de la mer. Forcément. Une sorte de Mont St Michel balinais. Avec le surf en plus mais quelques pierres en moins.

tanah lot bali tanah lot bali

Le coucher de soleil, comme souvent à Bali, donne une dimension incroyable au site. Et à votre diaporama familial en rentrant. Mais si j’ai rencontré du monde en pleine journée, dis-toi que le soir venu, c’est surement la guerre.

Comme souvent dans ces lieux magiques (c’est ce que j’avais fait pour Angkor Vat), la beauté du site appartiennent à ceux qui se lève tôt. 

Pour accéder au temple lui-même, mieux vaut venir à marée basse pour y aller à pieds secs. Outre la balade dans ce lieu sacré, vous pourrez peut-être découvrir deux secrets (plus ou moins) magiques de ce temple. Le premier, une source d’eau douce cachée sous le rocher, au milieu des vagues de l’océan. Cette source a grandement contribué à la légende du site.

Le deuxième a grandement contribué à ce qu’on puisse toujours admirer ce joyau balinais : les japonais au début des années 80 ont débloqué 130 millions de dollars pour consolider le rocher du temple. Aujourd’hui, ce fameux rocher est à 60% artificiel.

tanah lot bali

C’est sur cette image, cette carte postale, que je quitte Bali et l’Indonésie. Assurément, l’un des plus beaux voyages presse que j’ai eu l’occasion de faire. Un grand merci à Wonderfull Indonesia (l’office de tourisme nationale) pour leur confiance et tout le travail accompli pour monter ce fam trip, notamment Eka et Hermeline, nos deux lumières indonésiennes.

PS : les fans de Thorgal auront remarqué mon petit clin d’oeil à l’un des meilleurs albums de la paire Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski, les Yeux de Tanatloc. La sonorité de Tanah Lot n’arrêtait pas de me faire penser à cet album. D’ailleurs je me demande même si Rosinski ne s’en est pas inspiré. 

Faites donc un tour ici aussi

Leave a Comment